Château le Chabrier

Cliquez ci-dessous pour retrouver les vidéos du domaine :


1. Présentation du domaine

Photo du Château le ChabrierLe Château le Chabrier est situé sur la commune de Razac-de-Saussignac, en Dordogne, à quelques kilomètres au sud-ouest de Bergerac et au sud-est de Sainte-Foy la Grande. Ce domaine est l'exemple parfait d'une reconversion professionnelle. En effet Pierre Carle, avant de devenir vigneron était spécialisé dans l'ingénierie ferroviaire. Il habitait le 17ème arrondissement de Paris, mais les origines professionnelles de son arrière-grand-père (négociant et viticulteur à Saint-Emilion) ainsi que ses souvenirs de vendanges ont fait pousser en lui la vocation de devenir vigneron. C'est suite à la parution d'une des nombreuses annonces de vente de domaines que Pierre a jeta son dévolu sur ce château situé en plein cœur du vignoble de Bergerac. Ainsi il troqua son appartement du 17ème pour un château du 17ème. Ce domaine a ainsi été acheté en 1991 et Pierre Carle est certifié en agriculture biologique depuis 1999.
Le vignoble se trouve au bord du plateau qui domine la vallée de la Dordogne, et sur des pentes orientées vers le nord et l'est. Le Château le Chabrier est principalement entouré de forêts, de champs et de vignes. Les sous-sols sont argilo-calcaire

Les cépages utilisés sont :

Pour les vins blancs (7 hectares) :

  • Sémillon 44%
  • Muscadelle 12%
  • Sauvignon 34%
  • Ugni blanc 10%

Pour les vins rouges (13 hectares) :

  • Cabernet-Franc 18%
  • Cabernet-Sauvignon 37%
  • Merlot 45%

La répartition de l’encépagement du domaine est la suivante :

  • Sémillon 3,11 hectares
  • Muscadelle 0,84 hectare
  • Sauvignon 2,35 hectares
  • Ugni blanc 0,72 hectare
  • Cabernet-Franc 2,51 hectares
  • Merlot 6,13 hectares
  • Cabernet-Sauvignon 5,03 hectares
Photo des vignes du Château le Charbier
 
Adresse : Château Le Chabrier, 24240 Razac-de-Saussignac
Tél : 05 53 27 92 73
Site Internet : http://chabrier.jimdo.com/
Adresse e-mail : chateau.le.chabrier@free.fr 
 

2. Les vins du domaine

Le Château Le Chabrier propose les produits suivants :

Saussignac :

  • Cuvée Eléna (vin blanc liquoreux)

Bergerac, rouge :

  • Cuvée gros caillou (vin rouge)
  • Cuvée la classique (vin rouge)
  • Cuvée les drôlesses (vin rouge)

Côtes-de-Bergerac, blanc moelleux :

  • Cuvée le Moelleux d'octobre (vin blanc moelleux)

Bergerac sec, blanc :

  • Cuvée le contrepoint
  • Cuvée la cantate du paysan

Bergerac rosé :

  • Cuvée le contretemps
 

3. Notes de dégustation

Nous avons profité de notre visite au domaine pour découvrir l’ensemble du chai, le caveau et réaliser une dégustation horizontale des produits du domaine ainsi qu’une dégustation verticale des "Côtes-de-Bergerac". Voici nos commentaires :
 

Cuvée le contrepoint, AOC Bergerac sec - blanc - 1998 

Oeil : la robe est d’une intense couleur dorée. Le vin est limpide et peu larmoyant.

Nez : discret, sur des notes florales de chèvrefeuille. 

Bouche : très gras et avec un bel équilibre alcool / acidité, ce vin offre une très belle longueur sur des arômes boisés et de vanille. Attention à la température de service, ce vin ne s'ouvrira qu'à 13/14°C, il ne faut donc pas le servir trop frais.

 

Cuvée gros caillou, AOC Côtes-de-Bergerac - rouge - 2001 

Oeil : une belle robe grenat intense et profonde avec de belles larmes.

Nez : très expressif, le nez est sur des notes de fruits noirs (mûres, myrtilles, cassis) et framboise, voire quelques notes discrètes de réglisse.

Bouche : voluptueux, construit tout en finesse, la structure du vin est équilibrée. Les tanins sont soyeux, le vin est léger. La finale est sur des notes torréfiées, témoignant d'un élevage en fûts de chêne. 

 

Cuvée gros caillou, AOC Côtes de Bergerac - rouge - 2000

Oeil : la robe est grenat intense, plus claire et plus brillante que pour le précédent. Les larmes sont fines. 

Nez : un peu de volatilité sur le premier nez. Puis un nez élégant, sur des notes de fruits confits (cassis, groseille). Les fonds de verre conserveront quelques traces de cuir et de bois.

Bouche : les tanins sont encore bien présents, mais un peu plus accrocheurs que ceux du millésime 2001. Nous avons de nouveau de belles notes torréfiées sur la finale.

 

AOC Côtes de Bergerac - rouge - 1995 (ancêtre de la Cuvée gros caillou)

Oeil : nous avons une robe d’un noir quasi parfait. La couleur est d'une intensité incroyable. Les larmes sont très belles.

Nez : le nez est très intense sur des notes de pruneau et de cuir. Magnifiquement structuré, et sans aucune volatilité le nez nous fait déjà présager un coup de cœur. 

Bouche : les tanins sont encore bien présents, souples et soyeux, ils dictent la mélodie de ce millésime avec brio. Le seul bémol à cette mélodie est que la longueur est un petit peu courte. 

 

AOC Côtes de Bergerac - rouge - 1994  (ancêtre de la Cuvée Gros caillou)

Oeil : la robe est très intense mais plus claire que la précédente. Des reflets tuilés font leur apparition.

Nez : très fruité (cassis, framboise, prune, pruneau). Certains dégustateurs ont perçu des notes de noyau de cerise.

Bouche : la bouche présente une belle tenue, on garde les notes torréfiées sur la finale mais beaucoup plus discrètes que sur les précédentes. Une belle réussite lorsque l'on imagine encore le potentiel de garde.


AOC Côtes de Bergerac - rouge - 1993 (ancêtre de la Cuvée gros caillou)

Oeil : robe grenat moins intense que les précédents millésimes. Le tuilé est présent sans être dominant. 

Nez : notes de fruit noir tel que le cassis. Un nez très frais, ne laissant pas présager un millésime vieux de 16 ans. 

Bouche : les tanins sont souples et les arômes de fruits sont présents. La finale est sur la fraicheur, des notes de réglisse sont présentes. La doyenne de cette dégustation nous a impressionnés par sa jeunesse.

 

Cuvée Eléna, AOC Saussignac - blanc liquoreux - 2002 

Oeil : doré, limpide et larmoyant.

Nez : il est sans équivoque, une véritable déclinaison des arômes de coing tels que la pâte de coing ou la gelée de coing. Confiture, sucre et fruit. Magnifique ! 

Bouche : elle est d'une fidélité sans reproche au nez. Sucre, acidité et une belle longueur. Mais comment peut-on trouver autant de coing dans un vin aussi rond ? Cette cuvée vient conclure la dégustation en beauté.

 

Conclusion

Photo du chai du Château le ChabrierOn nous avait parlé d’un vin mystérieux au nom évocateur de saucisson et d'Armagnac : "le Saussignac". Nous avons eu l’occasion de goûter ce doux nectar au stand de Pierre Carle lors du Salon des Vignerons Indépendants. Ce vin est liquoreux, mais la belle trame acide apporte la fraicheur nécessaire pour atténuer le sucre, pour le plus grand plaisir des consommateurs.

Si le Saussignac nous a permis de connaître le Château le Chabrier sur le salon, c'est lors d’une visite au domaine en 2008 que nous avons goûté ses autres vins. Nous avons découvert des vins très bien structurés faits à partir de raisins arrivés à pleine maturité. Les vins blancs, comme les rouges, nous ont enthousiasmés. Si pour beaucoup de consommateurs l'appellation "Côtes de Bergerac" fait penser à des vins sans grande personnalité, il faut venir goûter les vins de Pierre Carle. En effet, bien des Bordeaux à la renommée plus flatteuse devraient prendre exemple sur ses vins.

Partisan de l’agriculture biologique, Pierre Carle a la conviction que la nature est très bien faite et que la diversité de la faune et de la flore sur le domaine apporte un équilibre lui permettant de ne pas utiliser d'insecticides.

Vigneron engagé dans les diverses organisations chargés de contrôler les Appellations d’Origines, Pierre est également un vigneron éclairé : il a une vision très claire de ce qu'il veut produire. Nous tenons à le féliciter pour la qualité des produits qu'il propose et nous vous invitons à venir rapidement goûter ses vins au domaine ou lors du prochain Salon des Vignerons Indépendants. Maintenant que cet ancien ingénieur ferroviaire a mis son domaine sur des rails, le TGV à un sérieux candidat, il est bien possible que le Chabrier le prenne de vitesse.